Massages sonores : ressentis et sensations partagés

Massages sonores : ressentis et sensations partagées

5 retours d’expérience sur les massage sonores. Un grand M.E.R.C.I pour vos partages!

  1. Voyage sonore : Symphonie des bols
  2. Voyage sonore : Concerto Vibratoire
  3. Voyage sonore : Complice, J.(8 mois de grossesse), T. et leur bébé
  4. Voyage sonore : Complice, M.(7 mois de grossesse), JC et leur bébé
  5. Voyage sonore : Concerto Vibratoire, Mlle Liberté

Soins Sonores

1) Voyage sonore : « Symphonie des bols »

N’étant pas musicienne et appréciant fortement le bien-être que me donne la musique, j’ai décidé de vivre un « soin musical« . Cela m’a apportée une très belle enveloppe de douceur, de vibration, de détente. Anthony veille au bon déroulement de la séance et apporte un très bel accompagnement. Un climat rassurant s’installe, je m’y suis abandonnée… Merci Anthony, merci au pouvoir du son… Je le conseille vivement… Christine

2) Voyage sonore : « Concerto Vibratoire »

Musical notes conception

Massage sonore….

Allongée, les yeux fermés, le corps le plus disponible et détendu possible, je vais vivre cette nouvelle expérience….Ou plutôt ce voyage… Car il s’agit bien là d’un voyage unique, d’une rencontre entre la musique improvisée par Anthony Doux, mon corps physique et mon mental.

Les yeux fermés, je perds un peu mes repères... Arrivent progressivement des sons de différentes couleurs, clochettes, bols tibétains…Je les sens se rapprocher, s’éloigner, tourner autour de moi. Je sens l’air que provoquent les déplacements d’Anthony Doux lorsqu’il dépose les sons dans l’espace, une présence bienveillante et respectueuse de mon état.

Au début une sorte de vertige m’envahie et puis doucement mon corps se repose, accepte et accueille  les vibrations engendrées par la musique. Certains sons viennent plus particulièrement réveiller des émotions, mon corps réagit, une larme, même, coule sur ma joue droite, des images de mon enfance arrivent….Intense mais nullement agressif le voyage continu…

Accordéon, voix, percussion et tambour qui résonnent différemment selon que le son est éloigné ou rapproché de moi et aussi selon la partie de mon corps au dessus de laquelle le son est généré… J‘ai parfois la sensation que tout mon squelette vibre des pieds à la tête. Le tambour au dessus de mon sternum, de mon ventre et entre mes chevilles est très clairement localisable et laisse une sensation d’oxygénation. Mon corps est à la fois lourd et léger… Dernier son qui résonne… Une suspension qui me permet de revenir en douceur, de me poser avant mon retour à la verticalité.

Une fois debout je me sens bien ancrée sur mes appuis, la colonne vertébrale longue et l’esprit serein….

Jeanne (danseuse, Paris)

musique ressert les liens

3) Voyage sonore « Complice », J.(8 mois de grossesse), T. et leur bébé

Ressenti de la maman.

J’ai commencé mon voyage en Asie, les yeux pleins de rizières aux couleurs vertes gorgées d’eau, aux fleurs blanches et fuschias, puis je me suis retrouvée dans les plaines d’Afrique, le cœur plein de joie et d’allégresse, courant, sautillant dans les herbes hautes, au son rythmé de bois qu’on entrechoque et du soleil éclatant. De là, j’entendis le son puissant d’un bateau prêt à partir, et j’embarquais sur un immense cargo qui filait vers les côtes d’Irlande. J’avais le cœur plein de sentiments passionnés, de brume et d’écume, teinté d’une légère nostalgie. Le bateau avançait sur une mer sombre, quand petit à petit, d’abord loin puis de plus en plus présentes, des notes d’Orient commencèrent à émerger, puis colorièrent tout l’espace sonore, promettant la chaleur et la rumeur d’Alexandrie. Hummm, toutes les couleurs, les sons, les odeurs des mes voyages passés au Maghreb et au Moyen-orient remontèrent, et je glissais le long de ces côtes, le sourire jusqu’aux oreilles. Je fus ainsi déposée sur le sable, dans une douce torpeur, lavée, bercée par le ressac des vagues, comme après un bel échouage. Je ne désirais absolument rien, j’étais là, tellement bien, je savourais cette douce sensation de bien-être, de repos, de douce brise, de soleil et de mer caressante. J’écoutais le vent qui soufflait et j’aurais pu rester ainsi des heures. Puis petit à petit, j’ai senti la présence de T., et j’eu envie de le serrer dans mes bras. Je ne sais de quel pays il arrivait, mais il était maintenant là avec moi, sur cette plage, et enlacés, nous nous retrouvions, bercés tous les deux par la mer qui allait et venait sur nos corps ; j’avais la sensation d’être totalement avec lui, que notre couple était là. Le temps se suspendit. Quand l’appel du large résonna de nouveau. Un autre bateau s’apprêtait à partir, et nous embarquâmes, ensemble cette fois. La mer était immense, parfois calme, parfois impressionnante, avec un vent puissant qui soufflait. Le bateau avançait à vive allure, quand j’eu l’envie de me tourner dans le sens de notre marche, où plutôt il m’a semblé que mon bébé me demandait de me tourner vers le jour. Je me tournais donc vers la lumière, face au vent, la chaleur de Thierry dans mon dos et ses mains sur mon ventre, entourant notre bébé, et ainsi enlacés, nous voguions tous les 3, vers je ne sais quel rivage, un peu effrayée parfois, mais le cœur plein d’une joie sereine et légère. Le bateau fendait la mer, le vent en pleine face, et nous sommes restés ainsi quelques temps, quand des petites cloches commencèrent à perler et tintinnabuler. Je savais qu’elles nous disaient qu’il était temps de rentrer. Alors, déposés délicatement comme après un long voyage, portés par ces petites cloches cristallines, les sons familiers de la ville commencèrent à se distinguer, comme plein d’éclats de soleil qui scintillaient pour nous amener à nous réveiller, doucement…lentement nous revenions là d’où nous étions partis.Tout était absolument calme, identique et en même temps légèrement différent, comme si tout était empreint d’une vie propre.

Sommeil

Nous étions intensément présents, à nous même, à notre couple, à notre bébé, en nous et ensemble, exactement là, ici et maintenant, dans une qualité rare d’éveil, d’acuité et de connexion. Nous étions 3 et ne formions qu’un.

Tout ce qui nous entourait avait une résonnance plus précise, l’immobilité et le mouvement des choses plus visibles, le ciel plus clair, les sons plus distincts et détachés, l’épaisseur du silence plus palpable, comme une toile de fond à ce tableau des milles choses vivantes qui nous entouraient et que je ressentais comme un premier matin. Voilà mon cher Anthony une des plus belles sensations de ce voyage, c’est cette sensation de premier matin, de naissance et d’unité à notre retour.

Aussi je voulais te dire à nouveau merci ! Merci pour cette sensation de premier matin, merci pour cette traversée qui m’a amenée à éprouver trois phases successives, comme trois strates essentielle qui s’ajoutent l’une à l’autre et se superposent ; celle de mon individualité, celle de mon couple, et celle de notre parentalité autour de ce bébé, dans l’attente sereine de sa naissance au monde. Nous étions 3 individus à embarquer, et nous sommes rentrés ensemble, dans une belle unité, autour de notre petit garçon qui tout le long du voyage a été présent, tantôt calme et attentif, tantôt actif remuant aux sons des bols ou des appels du large, ou encore des émotions que nous ressentions à chacune de tes invitations.

Merci pour la bienveillance, la beauté, les odeurs, les images, la caresse de l’eau et la force du vent, les musiques, les sons, les rythmes, la joie, la voix qui transporte, qui émeut, qui étonne, qui surprend, merci pour tout ces chemins que j’ai pu emprunter, pour la confiance qui nous a permis de nous laisser inviter à ouvrir ces portes, entrevoir des trésors, merci pour les bateaux, les ports, les rizières d’Asie et les plaines d’Afrique, merci pour l’amour qui transporte, pour la chaleur en plein mois d’octobre, pour la douceur des départs et des arrivées, merci d’avoir été si attentif à nous, à notre bébé, au confort de notre voyage et à notre bien-être, merci d’avoir été guide et non conducteur, de nous avoir permis de suivre nos chemins tout en étant celui qui invite et qui veille…

Merci pour ce merveilleux voyage, pour ces contrées lointaines et ces belles sensations, sommes répartis absolument axés et unis, en nous même, au sein de notre couple, ensemble, autour et avec notre bébé.

Tu es alchimiste, et même si nous n’étions pas de plomb, nous avons eu la sensation de repartir avec de la poudre d’or.

Merci de ton amitié.

Avec toute la nôtre.

Sincèrement.

J.

« L’amour et la musique peuvent tout, tout hormis «n’être pas» ».  Hélène Grimaud, Variations sauvages.

4) Voyage sonore « Complice »: M.(7 mois de grossesse), JC et leur bébé


Ressenti du papa : Pour ma part la séance a été différente de la précédente durant laquelle j’étais seul ; en essayant de me concentrer sur la petite, j’ai ressenti moins de choses sans pour autant réussir à être en lien avec elle comme je l’espérais. Peut-être attendais-je des réactions physiques plus fortes de sa part. J’ai eu un sentiment d’unité ou plutôt d’union indéniable en revanche durant la séance. Un moment d’introspection également. JC.


Ressenti de la maman :  un voyage à 3 rempli de douceur et de sensations inédites.
Cette expérience a permis de créer un lien inédit avec notre petite fille. Pour ma part une symbiose s’est rapidement installée durant la séance. Lors de ma première grossesse nous avons appris à tisser des liens avec notre bébé grâce à l’haptonomie ; nous avons renouvelé l’expérience pour cette grossesse mais après avoir rencontré Antony nous avons souhaité essayer quelque chose de plus introspectif.  Ce voyage sonore nous a permis de connaitre un monde rempli de douceur, avec une plénitude exceptionnelle. J’ai senti C. réagir énormément au son de certains instruments de musique ainsi qu’à la voix d’Anthony. Ce fut un beau moment de fusion à 3 que nous recommandons aux parents soucieux de créer un lien prénatal. M.

Unknown

 5) Voyage sonore « Concerto Vibratoire »: Mlle Liberté

((Ce partage est publié par Mlle Liberté sur le site de Mlle Liberté, toujours à l’affut de belles expériences…))

MASSAGE SONORE Bien au-delà d’une simple séance de relaxation, le massage sonore vous invite à découvrir une autre part de vous-même.

Si la musique adoucit les mœurs, peut on imaginer qu’elle puisse également apaiser les cœurs, alléger la vie, voire soigner les maux du corps ? Que ce soit en Inde, en Asie ou en Afrique australe, la musique a toujours eu une place prépondérante dans les rites des moines, des gourous ou des chamanes. Depuis les années soixante-dix, la médecine se penche également sur les pouvoirs de la musicothérapie .

Concerto Vibratoire

À l’annonce d’un concerto vibratoire, sorte de massage sensoriel musical à Vincennes, à une station de métro de Paris, je saute donc sur l’occasion pour découvrir cette nouvelle pratique m’attendant avant tout à une belle séance de relaxation. Le rendez-vous est fixé dans un institut de shiatsu, les deux disciplines pouvant être réalisées simultanément notamment pour les femmes enceintes. Le praticien et musicien, Anthony Doux, m’installe sur une table de massage dans une petite cabine douillette et me présente les différents instruments qui me conduiront à la détente. Bols tibétains, carillons, accordina tamboa , tambours et même un accordéon vont m’accompagner dans cet étonnant voyage.

Bien plus qu’un songe

Ting…un petit tintement annonce le départ. Je ferme les yeux. Anthony joue à droite puis à gauche de mon oreille. Ce tintement est comme un appel pour mon cerveau qui semble jouer ainsi dans un espace virtuel, se balançant de chaque côté. Cette présence physique de la musique en moi m’oblige à me concentrer sur l’instant présent. Toute mon attention est captée par le son et je suis très réactive à tout ce que j’entends autour de moi. La première phase débute avec les bols tibétains posés sur la table de massage de chaque côté de mes mollets. Je sens la vibration dans mes muscles comme un doux massage. Cette sonorité particulière me semble hypnotique et je commence un long voyage imaginaire. Me voilà projetée sur le flanc d’une montagne verdoyante, des drapeaux flottent au loin au-dessus d’un monastère tibétain. Les sons émanant de ces étranges récipients deviennent de plus en plus graves. Je suis étonnée par la précision de mon songe éveillé, par la puissance des couleurs de l’habit du moine, jamais une rêverie ne m’a semblé avoir la même intensité dans la précision des images.

Une plongée dans l’inconscient

mandala_eauUn nouveau tintement m’invite à découvrir une nouvelle destination musicale. Tandis qu’Anthony se déplace autour de mon corps, la musique m’amène cette fois à survoler une immense plaine verdoyante. J’entends le chant du chamane. Anthony entame un chant guttural. Et tout d’un coup je me sens projetée dans la pénombre d’une tente de sudation, je pourrais presque sentir la chaleur. J’observe le chamane. Mais rapidement mon esprit s’échappe du tipi suivant le mouvement de la fumée blanche qui s’éloigne dans le ciel rejoignant les nuages. La sensation est puissante. Je sens que la musique touche une partie profonde en moi sans arriver à la définir. J’entends alors une longue respiration. L’accordéon se gonfle lentement et je suis sans difficulté son rythme, ouvrant mes poumons dans une respiration profonde. J’ai l’impression de suivre le reflux des vagues, d’entendre les petits coquillages ramassés par le ressac.

De l’ombre à la lumière

Les tambours se font entendre. Je suis au cœur de l’Afrique dans une chaleur sèche, la terre me semble aride. Leurs battements se font de plus en plus forts autour de moi. Les percussions font vibrer mon ventre d’une manière étonnante. Ce passage me semble presque douloureux dans les sentiments qu’ il dégage. C’est sans doute la partie la plus sombre de mon voyage, qui me tord les boyaux. J’ai l’impression d’être dans un cauchemar. Je ne suis plus dans la lumière, le décor a perdu ses couleurs. Les fortes vibrations ressenties dans mes organes semblent éveiller une douleur profonde, ensevelie au fond de mes entrailles. Anthony reprend son voyage tout autour de mon corps et adoucit mes visions avec la vibration des bols, je me détends. Mon esprit ne vagabonde plus dans des images lointaines, je ne suis plus qu’ un corps soumis à la musique, dans une sensation totale d’être dans le présent. Toute mon attention portée vers la musique et les sensations qu’ elle me procure.

Un bien-être étonnant

Un nouveau tintement comme un signal hypnotique annonce la fin de la séance. Je mets du temps à revenir sur terre. Mon corps est entièrement relaxé, mais la sensation de bien-être va bien au-delà d’une simple séance de relaxation. J’ai l’impression d’avoir été touchée plus profondément, d’avoir remué des émotions, d’avoir participé à un étonnant voyage intérieur. Durant le reste de la journée, je me suis sentie étonnamment légère, un sourire radieux accrochée mes lèvres. En une heure j’ai fais le tour du monde, de mon monde intérieur. La musique a réussi à me toucher émotionnellement à travers mon corps et à m’ouvrir de nouvelles portes de conscience. 

 

Découvrez les différents soins sonores et choisissez votre voyages ici!

(Visited 613 times, 1 visits today)

Commentaire

Massages sonores : ressentis et sensations partagés — 2 commentaires

  1. Ping : La kora, instrument thérapeutique

  2. Ping : Voyage sonore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *