Le céramophone, relaxation par la musique et l’élément Terre

Le céramophone, relaxation par la musique et l’élément Terre

  1. Qu’est-ce que le céramophone ?
  2. Le son
  3. Le côté thérapeutique
  4. Où trouver un céramophone?
  5. Improvisation en vidéo, de Gilles Patrat au céramophone

1) Qu’est-ce que le céramophone ?

Un instrument contemporain reprenant les ingrédients des gamelans balinais qui sont en métal et plus rarement en bambou, des balafons africains dont les lames sont en bois, et du xylophone ou encore du marimba, plus récents. Mais ces derniers sont presque tous équipés de résonateurs, tubes ou autres ce qui les rend encombrant. Le céramophone lui, n’a que ses lames, en céramique, montées avec des fixations en caoutchouc sur un cadre en bois pour laisser les résonances s’exprimer librement. Les lames ont les longueurs correspondantes aux notes recherchées, et plusieurs gammes sont proposées. On les fait résonner avec différentes baguettes ou alors avec ses doigts.

2) Le son du céramophone

Le son de cet instrument est puissant, enveloppant, prenant... mais il peut être aussi doux, subtil, quand on effleure se  s lames. Il a une présence très spécifique, même si on peut le rapprocher d’un xylophone ou d’un métallophone, mais en étant plus organique, l’élément terre se fait sentir. L’instrument invite à être joué, déjà de par son esthétique dépouillée et son beau cadre en bois. Les sons que l’on en tire donnent envie de s’aventurer davantage, car ils semblent comme inépuisables dans leur capacité à surprendre et à se renouveler avec d’infimes variations. Le toucher avec les doigts, les ongles, renforce ce sentiment de fusion avec l’instrument. Délicat et puissant à la fois, c’est sans doute là un de ses plus beaux atouts.

3) Le côté thérapeutique

Avec un son enveloppant, son impact est apaisant, reconstituant. Sa résonance beaucoup moins longue que celle d’un bol en métal ou en verre, est néanmoins bien présente et puissante, ce qui en fait un instrument mélodique au timbre riche. Le son semble familier et novateur à la fois, et il se prête très bien à composer de petites mélodies avec 3 ou 4 notes, qui dans leur simplicité, laissent au son toute sa force et son impact. Il peut être joué en douceur, ou de manière percussive pour en révéler pleinement ses harmoniques.

 

Harmonieux et rassurant,

il apporte un sentiment d’être à la maison,

il touche le sensible

et réveille aussi nos rêves d’enfant.

3) Où trouver un céramophone?

Créé par un jeune céramiste basé en Ariège qui développe toute une gamme d’instruments en céramique, qu’il fait évoluer au fil de ses découvertes. On peut choisir actuellement entre un instrument à 8 lames, avec une gamme Akebono, mode dorien, ou en 9 lames pour une gamme perse, type n’goni, pentatonique plus un demi ton. A noter qu’il est possible de commander des lames supplémentaires pour en changer certaines et obtenir une autre gamme, un bel atout qui rend l’instrument évolutif. Il saura vous conseiller si vous le contactez pour un de ses céramophones, sur son site « La Terre Sonore ». Si vous souhaitez des gammes et hauteurs de notes spécifiques, il pourra accorder les lames à votre demande. Voir son site : https://laterresonore.jimdo.com/

Article écrit par Dominique Houlet, joueur, enseignant et facteur de shakuhachi.

Improvisation en vidéo, de Gilles Patrat au céramophone

Voici une vidéo pour entrer directement dans l’univers magique du céramophone :

N’est ce pas merveilleux d’entendre de nouveaux sons? N’est ce pas merveilleux que des facteurs d’instruments comme Sébastien  Brothier créent des nouveaux instruments aussi transportant que le céramophone?

Découvrez également de nouveaux instruments au cours des concerts vibratoires,

à l’écoute des albums musicaux du site www.symphonies-interieures.com,

ou en séance individuelle de massage sonore..

(Visited 158 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *